0 0
Read Time:9 Minute, 7 Second

Par Hichem Karoui

 

1- Comment les fascistes et les nazis sont-ils arrivés au pouvoir? Etait-ce par un coup d’Etat ou grâce aux élections?

L’arrivée au pouvoir des fascistes en Italie et des nazis en Allemagne s’est faite de manière complexe, combinant à la fois des processus légaux et des méthodes plus violentes ou antidémocratiques. Voici une analyse détaillée :

En Italie (Mussolini et les fascistes) :

1. L’arrivée au pouvoir de Mussolini n’était pas le résultat direct d’élections ou d’un coup d’État classique, mais plutôt d’une combinaison de facteurs :

2. Mussolini a d’abord créé le Parti National Fasciste en 1921 et a obtenu une représentation parlementaire limitée (35 sièges sur 535)[9].

3. La “Marche sur Rome” en octobre 1922 a été un élément clé. Il s’agissait d’une démonstration de force paramilitaire, avec des milliers de “Chemises noires” fascistes convergeant vers la capitale[7][9].

4. Face à cette pression, le roi Victor-Emmanuel III a refusé de signer le décret d’état de siège proposé par le Premier ministre en place et a finalement nommé Mussolini Premier ministre le 29 octobre 1922[7][9].

5. Cette nomination était techniquement légale, mais résultait clairement de l’intimidation et de la menace de violence plutôt que d’un processus démocratique normal[4].

6. Une fois au pouvoir, Mussolini a progressivement consolidé son autorité, transformant l’Italie en un État totalitaire sur plusieurs années[7].

En Allemagne (Hitler et les nazis) :

1. L’ascension d’Hitler au pouvoir s’est faite principalement par des voies légales, mais dans un contexte de crise et de violence politique :

2. Le Parti nazi (NSDAP) a gagné en popularité pendant la crise économique des années 1930, devenant le plus grand parti au Reichstag en 1932 avec 37,3% des voix[8].

3. Hitler n’a pas été directement élu par le peuple. Il a été nommé chancelier le 30 janvier 1933 par le président Hindenburg, après des négociations politiques complexes[5][8].

4. Une fois au pouvoir, Hitler a rapidement consolidé son autorité :
– L’incendie du Reichstag (27 février 1933) a été utilisé comme prétexte pour suspendre les libertés civiles[5].
– La loi des pleins pouvoirs (23 mars 1933) a donné à Hitler des pouvoirs dictatoriaux[5].

5. Les nazis ont utilisé une combinaison d’intimidation, de violence (notamment via les SA) et de manipulation légale pour éliminer l’opposition et établir un régime totalitaire[2][5].

En conclusion, ni Mussolini ni Hitler n’ont pris le pouvoir par un coup d’État classique ou uniquement par des élections démocratiques. Leur ascension a plutôt été le résultat d’une combinaison de facteurs : crise politique et économique, manipulation du système légal, intimidation et violence, et compromis des élites politiques traditionnelles. Une fois au pouvoir, ils ont rapidement transformé leurs pays respectifs en dictatures totalitaires.

 

2- Cela veut-il dire que dans un pays démocratique à notre epoque, un parti ou une coalition fasciste, peuvent très bien arriver au pouvoir de manière légale?

 

En effet, l’histoire montre que des partis ou des coalitions fascistes peuvent effectivement arriver au pouvoir de manière légale dans des pays démocratiques. Voici quelques points importants à considérer :

1. Processus démocratiques exploités : Les mouvements fascistes ont souvent utilisé les mécanismes démocratiques existants pour gagner en légitimité et accéder au pouvoir[1][2]. Par exemple, le parti nazi d’Hitler a participé aux élections et est devenu le plus grand parti au Reichstag allemand en 1932[14].

2. Combinaison de méthodes : L’ascension des fascistes au pouvoir implique généralement une combinaison de moyens légaux et de tactiques plus agressives. Par exemple, Mussolini en Italie a utilisé à la fois des processus parlementaires et des démonstrations de force paramilitaires[9].

3. Exploitation des crises : Les mouvements fascistes profitent souvent des périodes de crise économique, politique ou sociale pour gagner en popularité[3]. Ils se présentent comme une alternative aux systèmes politiques existants perçus comme défaillants.

4. Transformation progressive : Une fois au pouvoir, ces partis tendent à éroder graduellement les institutions démocratiques de l’intérieur[14][15]. Ils peuvent utiliser des moyens légaux pour consolider leur autorité et supprimer l’opposition.

5. Exemples contemporains : Même aujourd’hui, on observe des partis d’extrême droite ou néo-fascistes qui gagnent en influence dans plusieurs démocraties européennes[11][17]. Par exemple, le parti Frères d’Italie, issu de la tradition néo-fasciste, est récemment arrivé au pouvoir en Italie par des moyens démocratiques[19].

6. Fragilité de la démocratie : Ces exemples soulignent que la démocratie n’est pas immunisée contre les mouvements antidémocratiques. La vigilance et l’engagement civique sont essentiels pour préserver les institutions démocratiques[12][18].

Il est donc crucial de comprendre que le système démocratique, bien que conçu pour représenter la volonté du peuple, peut paradoxalement permettre l’ascension de forces qui cherchent à le subvertir. Cela souligne l’importance de la vigilance démocratique et de l’éducation civique pour maintenir la santé des institutions démocratiques à long terme.

 

3- Est-ce qu’un pays gouverné par un parti fasciste est encore une démocracie?

 

Non, un pays gouverné par un parti fasciste ne peut pas être considéré comme une véritable démocratie, même si ce parti est arrivé au pouvoir par des moyens démocratiques. Voici les principales raisons :

1. Rejet des principes démocratiques fondamentaux : Le fascisme s’oppose intrinsèquement aux valeurs démocratiques essentielles telles que le pluralisme politique, la séparation des pouvoirs, et le respect des droits des minorités[1][2]. Une fois au pouvoir, les partis fascistes cherchent généralement à démanteler les institutions démocratiques.

2. Concentration du pouvoir : Les régimes fascistes tendent à concentrer le pouvoir entre les mains d’un leader fort ou d’un parti unique, éliminant les contre-pouvoirs nécessaires à une démocratie fonctionnelle[3].

3. Suppression des libertés individuelles : Le fascisme restreint considérablement les libertés civiles, notamment la liberté d’expression, de presse et d’association, qui sont essentielles à une démocratie[4].

4. Contrôle des médias : Les régimes fascistes cherchent à contrôler l’information et la propagande, ce qui est incompatible avec la liberté de presse nécessaire dans une démocratie[5].

5. Élections non libres : Même si des élections peuvent avoir lieu, elles ne sont généralement pas libres et équitables sous un régime fasciste[6].

6. Exclusion de certains groupes : Le fascisme tend à exclure certains groupes de la participation politique et sociale, ce qui va à l’encontre du principe démocratique d’égalité des citoyens[7].

7. Culte de la personnalité : Le fascisme encourage souvent un culte de la personnalité autour du leader, ce qui est contraire à l’idée démocratique de responsabilité des dirigeants envers le peuple[8].

Même si un parti fasciste arrive au pouvoir par des moyens démocratiques, il tend à éroder progressivement les institutions et pratiques démocratiques une fois en place. L’histoire montre que les partis fascistes, une fois au pouvoir, ont systématiquement sapé les fondements de la démocratie[9].

Il est important de noter que la transition d’une démocratie vers un régime fasciste peut être graduelle et subtile. Les partis fascistes modernes peuvent initialement travailler dans le cadre des systèmes démocratiques existants, tout en sapant lentement leurs fondements[10]. C’est pourquoi il est crucial pour les sociétés démocratiques de rester vigilantes face aux tendances autoritaires et de protéger activement leurs institutions démocratiques.

En conclusion, bien qu’un parti fasciste puisse initialement accéder au pouvoir par des moyens démocratiques, son idéologie et ses pratiques sont fondamentalement incompatibles avec les principes d’une véritable démocratie. La démocratie perd son intégrité sous un gouvernement fasciste, même si celui-ci bénéficie d’un soutien majoritaire.

 

Références

 

Citations (Première question):
[1] https://www.clionautes.org/comment-le-fascisme-est-il-arrive-au-pouvoir.html
[2] https://encyclopedia.ushmm.org/content/fr/article/the-nazi-rise-to-power
[3] https://www.radiofrance.fr/franceinter/comment-hitler-s-est-empare-du-pouvoir-en-allemagne-7340359
[4] https://enseignants.lumni.fr/fiche-media/00000000914/la-marche-sur-rome-27-octobre-1922-et-l-accession-au-pouvoir-de-mussolini-muet.html
[5] https://enseignants.lumni.fr/parcours/1142/1923-1936-l-ascension-d-adolfhitler-et-du-parti-nazi.html
[6] http://www.enseigner-histoire-shoah.org/outils-et-ressources/fiches-thematiques/la-montee-du-nazisme-et-les-persecutions-antisemites-en-allemagne-1933-1939/lallemagne-nazie-de-la-prise-de-pouvoir-a-la-dictature.html
[7] https://www.herodote.net/29_octobre_1922-evenement-19221029.php
[8] https://fortitude-ww2.fr/comment-hitler-arrive-pouvoir
[9] https://les-yeux-du-monde.fr/evenements/1439-1939/16964-larrivee-au-pouvoir-de-mussolini/
[10] https://www.bbc.com/afrique/monde-63120173

 

Citations (Deuxième question):
[1] https://www.theindiaforum.in/society/why-fascism-rise-world-over
[2] https://www.hf.uio.no/iakh/english/research/news-and-events/news/2022/both-mussolinis-and-hitlers-rise-to-power
[3] https://www.project-syndicate.org/onpoint/fascism-100-years-and-the-threat-today-by-jason-stanley-2022-10
[4] https://www.socialistsanddemocrats.eu/content/fighting-fascism-and-far-right
[5] https://www.ucdavis.edu/blog/curiosity/conversation-why-do-some-people-think-fascism-greatest-expression-democracy
[6] https://www.bbc.com/news/world-europe-66056375
[7] https://www.socialeurope.eu/democracy-activism-and-the-rule-of-law-key-weapons-against-fascism
[8] https://news.csusm.edu/ask-the-expert-fascism-and-the-fragility-of-democracy/
[9] https://en.wikipedia.org/wiki/1924_Italian_general_election
[10] https://www.jstor.org/stable/4608943
[11] https://socialistworker.co.uk/international/eu-elections-2024/
[12] https://culturico.com/2019/04/24/is-democracy-the-foundation-of-resurgent-fascism/
[13] https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_fascist_movements
[14] https://www.britannica.com/topic/fascism/Opposition-to-parliamentary-democracy
[15] https://www.britannica.com/topic/fascism
[16] https://education.cfr.org/learn/reading/what-fascism
[17] https://www.economist.com/europe/2024/06/20/hard-right-parties-are-entering-government-across-europe
[18] https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpos.2022.907681/full
[19] https://apnews.com/article/elections-rome-italy-6aa9fcb003071c307190a4053f199d98

 

Citations ( Troisième question):
[1] https://www.bremertonschools.org/cms/lib/WA01001541/Centricity/Domain/222/Fourteen%20Defining%20Characteristics%20of%20Fascism%20slides.pdf
[2] https://www.britannica.com/question/What-are-some-common-characteristics-of-fascism
[3] https://studyclixsaielive.blob.core.windows.net/cms/media/questionResources/93d9d04d-88d7-4d4f-90a3-e59ad0f4ae78.pdf
[4] https://www.keene.edu/academics/cchgs/resources/presentation-materials/characteristics-and-appeal-of-fascism/download/
[5] https://osbcontent.s3-eu-west-1.amazonaws.com/PC-00466.pdf
[6] https://www.britannica.com/topic/fascism
[7] https://journals.sagepub.com/doi/pdf/10.1177/000271623518000118
[8] https://www.jstor.org/stable/4608943
[9] https://www.britannica.com/topic/fascism/Opposition-to-parliamentary-democracy
[10] https://news.csusm.edu/ask-the-expert-fascism-and-the-fragility-of-democracy/
[11] https://www.governmentvs.com/en/fascism-vs-democracy/comparison-10-1-0
[12] https://www.ucdavis.edu/blog/curiosity/conversation-why-do-some-people-think-fascism-greatest-expression-democracy
[13] https://nevadacurrent.com/2022/11/07/why-some-people-think-fascism-is-the-greatest-expression-of-democracy-ever-invented/
[14] https://www.ips-journal.eu/topics/democracy-and-society/what-makes-a-fascist-6350/

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Categorized in: